Pastiches
Flux de pastiches    Autour du pastiche    À propos de ce site   Licence  

Projection

jeudi 29 septembre 2011, par Franck Thomas

« C’était une obsession qui empê­chait, nous affirmait-​​on, les meilleurs d’entre nous de res­pirer, de manger, de copuler. » — Voyage au bout de la nuit

Le projet est une espèce pri­mitive évoluant sur toute la surface du globe depuis une origine ances­trale, et également dans l’espace depuis moins de cin­quante ans (d’après Syl­vester Bien, évolution pla­nifiée depuis long­temps, en tout cas en ce qui concerne la des­ti­nation lunaire – S. Bien con Cray, 2003). On estime que le projet descend de la famille des idées, sans doute par un croi­sement avec un certain type d’envie, ce qui expli­querait les dif­fé­rences signi­fi­ca­tives observées avec la révé­lation et l’illumination (sans tou­tefois que l’on puisse en faire un dessein : le projet serait plus proche de l’intention ou du plan). Il a lui-​​même donné par mutation la série des com­plots et machi­na­tions, aujourd’hui faci­lement iden­ti­fiables grâce aux progrès tech­no­lo­giques. Malgré sa grande abon­dance en tout lieu et à toute époque, le projet reste pourtant une espèce mal définie en raison du peu d’études qui lui ont été consa­crées. En outre, le projet s’accoutume mal de la cap­tivité, comme l’ont montré les ten­ta­tives menées en Alle­magne ou en Russie au milieu du siècle dernier.

Asexué, le projet appar­tient à l’unique espèce dont la pro­création peut s’opérer à plu­sieurs (Daniel Zir a d’ailleurs montré qu’elle se révélait faci­litée lorsque cer­taines condi­tions météo­ro­lo­giques par­ti­cu­lières étaient réunis, et notamment durant les tem­pêtes – Brains­torming, D.Zir & al. 1967). Très léger à la nais­sance, souvent soli­taire, le projet lorsqu’il par­vient à maturité peut prendre des pro­por­tions consi­dé­rables et géné­ra­lement insoup­çonnées. Il est alors capable de se nourrir par lui-​​même, et n’hésite pas à engloutir ses congé­nères de plus petite taille. Il se contente parfois de les dresser à sa cause, pour ensuite entre­tenir avec eux une relation qui semble proche de la vas­salité, les plus faibles étant chargés d’alimenter le puissant. Il arrive également que le projet opère une mue à la fin de son exis­tence, pour renaître sous forme d’exécution ou de réa­li­sation (Albert Xion met en doute cette obser­vation, argüant qu’il s’agirait de deux indi­vidus bien dis­tincts dont le rap­pro­chement n’a jamais pu être prouvé. Pour plus de détail, voir A.Xion & Ray, A.Xion, 1996).

On constate tou­tefois qu’il est rare pour le projet d’arriver à l’âge adulte. Bien que nous lui connais­sions quelques pré­da­teurs, comme les dettes ou la consomption (qui repré­sentent un véri­table péril dont il doit se garder, au même titre que ses congé­nères plus matures), c’est à un phé­nomène encore mal expliqué que le projet doit le plus souvent sa dis­pa­rition. Nommée « mort subite du projet » ou encore PFFOUIT (Projet Fai­sable Fina­lement Oublié & InabouTi), cette sin­gu­larité touche l’immense majorité des projets naissant. Elle se carac­térise par une stag­nation de la crois­sance, due à la ces­sation de l’alimentation, de la ven­ti­lation et des acti­vités pri­maires de l’individu. Les pre­mières théories pour l’expliquer avan­cèrent l’existence d’un virus comme celui de la flemme, auquel la popu­lation plus âgée ne serait plus sen­sible. Allan Lonzy récemment, en un article publié dans Nature (A.Lonzy, 2008) propose une inter­pré­tation dif­fé­rente et pour le moins éton­nante : selon lui, ce serait au contraire un excès de santé qui mènerait le projet à une sorte de suicide incons­cient. Le sujet trop sain, se retrou­verait en quête d’une per­fection inat­tei­gnable, rendant inac­cep­table toute activité tri­viale, auquel il refu­serait ainsi incons­ciemment de s’astreindre, entraînant irré­mé­dia­blement sa perte. D’autres recherches en cours devraient per­mettre d’étayer ou d’infirmer cette hypo­thèse assez rapidement.

Voir en ligne : Projection, chez Franck Thomas

Répondre à ce pastiche

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé par rature.net